Angel #7: Prisonnier politique sous Franco

Angel (7 / 8)

Angel a été condamné à mort le 16 mars 1950 par un tribunal militaire de Saragosse avec six autres personnes du groupe de maquisards anarchistes auquel il appartenait. Après 55 jours d’attente sans lendemain, Angel Fernandez est gracié. Vincent Auriol, président de la République Française, ayant connu le père d’Angel dans la Résistance durant la seconde guerre mondiale, est intervenu pour l’obtenir. Sa peine de mort est alors commutée à 30 ans de réclusion criminelle. Angel connaît alors le système carcéral franquiste.

Production – Réalisation : Agnès Gontier; Prise de son – Montage: Sofia Riboloff, Agnès; Mixage: Sofia;  Musiques : Jingle : Los Chikos del Maïz; Olivier Messiaen: “Quatuor pour la fin des temps”(1941) / Weithaas, Ganetta, Meyer, Chamayou ; Lestaca; Nietzsche, Complète piano, interprété par Jerome Van Veen Voix – Textes : témoignage d’Angel Fernandez; Agnès Gontier : Voix off; Alex Bonnamy : “Rebelle : Amoureux fou de liberté et de justice”, tome 2 d’Angel Fernandez; Nicolas Estevao : citation du psychiatre Antonio Vallejo Nagera, Cécile Bire-Bagué: lecture d’ extraits de Ricard Vinyes, «L’univers carcéral sous le franquisme », Cultures & Conflits [En ligne], 55 | automne 2004, mis en ligne le 08 janvier 2010


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *