# Angel

Angel #1 : « Sans haine, ni vengeance »

Angel (1 / 4)

Angel Fernandez, meurtri dans sa chair par le franquisme, témoigne à l’âge de 91 ans. Il est une mémoire vivante des atrocités du régime.

De l’assassinat de sa mère à 9 ans sous les bombes de Barcelone, jusqu’à sa sortie du bagne d’Ocana à 36 ans, il a mené une vie de souffrances dans laquelle il n’y a eu que peu d’espoir. Il s’efforce aujourd’hui de transmettre pour ne pas garder un pan d’Histoire sous silence.

Une histoire à suivre, un devoir de mémoire pour tous. Un grand merci à Angel Fernandez.

Production, Réalisation :  Agnès Gontier
Prise de son, Mixage, Montage :  Sofia Riboloff
Musiques :  Jingle : Los Chikos del Maïs, “No Pasaran” / Musique du film « Mourir à Madrid » de Frédéric Rossif / “De natura sonoris nº1”, Krysztof Penderecki : Orchestre de la Radio Nationale Polonaise
Voix – Textes :  Témoignage d’Angel Fernandez/ Voix d’Alex Bonnamy : lecture d’extraits du livre “Fragments d’histoire d’une enfance brisée”, d’Angel Fernandez/ Voix off : Agnès Gontier
Illustration :  Agnès Gontier

# Angel

Angel #2 : « Enfant de la Retirada »

Angel (2 / 4)

Fin janvier 1939, les Nationalistes s’emparent des derniers bastions Républicains. Après 3 ans de guerre civile, la victoire de Franco est maintenant évidente. Le reste de l’armée républicaine et la population civile fuient la terreur des troupes nationalistes. En 15 jours, 500 000 personnes se réfugient en France. Elles sont bombardées par l’aviation franquiste aidée par celles d’Hitler et de Mussolini. Angel, 10 ans, Maxi 5 ans et José 3 ans se retrouvent dans le flot humain qui tente comme il le peut de se réfugier en France. Le témoignage d’Angel fait écho à celui de Max Aub à travers la lecture d’extraits d’Enero sin nombre, ouvrage qui décrit cet exode chaotique.

Production, Réalisation :  Agnès Gontier
Prise de son :  Sofia Riboloff, Thomas Groulade, Agnès Gontier
Mixage, Montage, Sound design :  Sofia Riboloff
Voix – Textes :  Alex Bonnamy : Fragments d’histoire d’une enfance brisée, d’Angel Fernandez; Thomas Groulade : Enero sin nombre, de Max Aub; Agnès Gontier : voix off
Illustration :  Angel Fernandez
# Angel

Angel #3 : “Dans le camp d’Argelès-sur-mer”

Angel (3 / 4)

Après un exode chaotique, Angel arrive à pied avec sa soeur et son frère à la frontière française. Ils sont envoyés au camp d’Argelès-sur-mer. A leur arrivée, la plage est vide, entourée seulement de barbelés. Rien ou presque n’a encore été prévu pour accueillir les 500 000 réfugiés fuyant le franquisme si ce n’est leur surveillance. Les autorités françaises sont dépassées, bien que des exilés étaient attendus, l’ampleur de l’exode a largement été sous-estimée. C’est donc dans des conditions déplorables qu’Angel arrive en France, son destin semble alors très incertain.

Production, Réalisation :  Agnès Gontier
Prise de son :  Sofia Riboloff, Agnès Gontier
Mixage, Montage, Sound design :  Sofia Riboloff
Musiques :  Jingle : Los Chikos del Maïs, “No Pasaran”; Musique original de Sam Lemos
Voix – Textes :  Témoignage d’Angel Fernandez Alex Bonnamy : “Fragments d’histoire d’une enfance brisée”, d’Angel Fernandez/ Agnès Gontier : Voix off /Jérémy Chêne : écrit du Procureur Général de Montpellier daté du 31 janvier / Thomas Boké : Annonce d’Albert Sarraut ministre de l’intérieur en 1939 / Béatrice Gontier : “Définition de camp de concentration du dictionnaire Larousse 1927” et extrait de “L’Exil des Républicains en France” de Geneviève Dreyfus-Armand/ Nicolas Estevao : “Echos tragiques des camps de concentration” du Journal l’Humanité 1939

# Angel

Angel #4 : La vie d’un réfugié espagnol en France

Angel (4 / 4)

Angel n’a que 10 ans mais il est déjà vieux. La vie lui a volé son enfance. Après avoir perdu sa mère dans un bombardement à Barcelone durant la guerre d’Espagne, il est placé dans une colonie d’enfants prés de Gérone. Les troupes franquistes arrivent dans la région fin janvier 1939, des camions militaires de la République évacuent les enfants pour les mettre à l’abris. Son père, veut les récupérer, mais il arrivera trop tard à la colonie. C’est donc sans parents qu’Angel, sa petite soeur et son frère fuient vers la France. Des camions militaires de la République les évacuent pour les mettre à l’abris. Cependant, suite à un terrible bombardement à Figueras, durant lequel de nombreux enfants de la colonie périssent, Ils doivent continuer à pied, complètement seuls, dans le flot humain chaotique de la Retirada.
Arrivé enfin en France, Angel est séparé de force de son frère et de sa soeur dans le camp d’Argelès-sur-mer.
Le quatrième épisode d’Angel retrace son chemin à partir de cette séparation. Après un difficile voyage en train, il intègre une colonie pour enfants de réfugiés espagnols à Belvès en Dordogne. Mais, Angel ne peut se résigner à abandonner sa petite soeur et son petit frère. Il décide alors coûte que coûte de les retrouver.

Production, Réalisation :  Agnès Gontier
Prise de son :  Sofia Riboloff et Agnes Gontier
Mixage, Montage, Sound design :  Sofia Riboloff
Musiques :  Jingle : Los Chikos del Maïs, “No Pasaran”
Voix – Textes :  Alex Bonnamy : Fragments d’histoire d’une enfance brisée, d’Angel Fernandez/ Agnès Gontier : voix off/Jérémy Chêne : « Gringoire », journal du 2 fevrier 1939/ Nicolas Estevao : « Candide », journal du 8 février 1939/ Cécile Bire-Bagué : Journal « Le Matin » du 12 février 1939