# Histoire

Max Aub l’exilé 2# : La France ou l’espoir Trahi

Dans le premier épisode, nous avons dépeint avec Gérard Malgat, docteur en langue et littérature espagnole, la première partie de la vie de Max Aub. Intellectuel, militant socialiste engagé pour la République d’Espagne, il se réfugie, en 1939, après la victoire de Franco, dans son pays natal : la France.
Comme de nombreux Républicains Espagnols, il pensait trouver en France, pays des Libertés et des Lumières, une terre d’asile. Cet épisode retrace une réalité tout autre. Le destin de Max Aub met en lumière les injustices perpétrées par la France contre les défenseurs de la République Espagnole, considérés pour la plupart comme des hommes politiques dangereux, à surveiller et à isoler. La désillusion est brutale, totale. Séjours en prison, internements successifs, une seule issue: l’exil, encore.
Dans ce second épisode, Gérard Malgat, grâce à ses nombreuses recherches, retrace le retour de Max Aub en France et sa traque par les forces de l’ordre.

Réalisation, Montage, Sound design :  Agnès Gontier
Prise de son, Mixage, Montage :  Sofia Riboloff
Prise de son :  Thomas Groulade lecture d’extraits des écrits de Max Aub tirés du livre : « Max Aub et la France /ou l’espoir Trahi » de Gérard Malgat, poème : « Enterrement au Vernet » , tiré des « Diarios » de Max Aub, Poème « Tu pues déjà, Julian Castillo », tiré de « Diario de Djelfa » de Max Aub
Voix – Textes :  Thomas Boké, Mathieu Gallet, Eric Heil, Diego André, Christian Saint-Blanca et Nicolas Estevao, lecture des rapports de police tirés du livre de Gérard Malgat « La France ou l »Espoir trahi »
Voix – Textes :  Anonymes qui se reconnaitront, merci pour leur aide dans l’enregistrement de la lettre de dénonciation !
# Histoire

Max Aub #1 : Un homme engagé pour la République espagnole

Gérard Malgat étudie la littérature de l’exil des Républicains Espagnols depuis plus de 25 ans. Son regard s’est posé en particulier sur les écrits, très nombreux, d’un homme peu connu en France, pourtant né à Paris: Max Aub. Son destin est singulier, chamboulé par le cours de l’Histoire. Sa vie se constitue d’exils successifs.
Dans ce podcast, Gérard Malgat retrace la vie de cet homme de Lettres tandis que Thomas Groulade prête sa voix pour incarner ses écrits.
Ce premier épisode voit le jeune Max Aub s’exiler avec sa famille de France vers l’ Espagne, à cause de la 1ère guerre mondiale. Il y grandit et s’engage pour la République Espagnole durant la Guerre d’Espagne. Avec la victoire des troupes franquistes, il se réfugie alors en France. Dans un texte poignant, il décrira la cohorte des 500 000 Espagnols tentant de rejoindre la France sous le feu des bombardements.

Réalisation, Montage, Sound design :  Agnès Gontier
Prise de son, Mixage, Montage :  Sofia Riboloff
Prise de son :  Thomas Groulade – Lecture d’extraits de textes de Max Aub tirés du livre « Max Aub et la France ou l’espoir trahi » de Gérard Malgat, extrait d' »Enero sin nombre » de Max Aub
Photo :  GoogleMaps
# Histoire | #Séries

Série Angel

Angel Fernandez, meurtri dans sa chair par le franquisme, témoigne à l’âge de 91 ans. Il est une
mémoire vivante des atrocités du régime.

De l’assassinat de sa mère à 9 ans sous les bombes de Barcelone, jusqu’à sa sortie du bagne d’Ocana à 36 ans, il a mené une vie de souffrances dans laquelle il n’y a eu que peu d’espoir.
Il s’efforce aujourd’hui de transmettre pour ne pas garder un pan d’Histoire sous silence.

Une histoire à suivre sous 8 épisodes, un devoir de mémoire pour tous.
Pour découvrir et écoutez l’ensemble de la série, cliquez ICI

Série documentaire de 8 épisodes – année 2020

Production, Réalisation :  Agnès Gontier
Prise de son :  Sofia Riboloff et Agnès Gontier
Mixage, Montage :  Sofia Riboloff
# Histoire

La Famille Lazaro

Son fils, Grégorio et de ses petits enfants Emeline et Didier retracent l’histoire de Dolores. Lors de la guerre d’Espagne, elle fuit l’arrivée des Nationalistes après la chute de Malaga. En février 1937, elle part sur la route de la mort. Entre 100 à 300 000 personnes fuient Malaga. Ils sont mitraillés par l’aviation allemande et bombardés par la flotte de Mussolino sur les 200 km qui les séparent d’Alméria. Pendant presque qu’une semaine, les morts se comptent par milliers.

Deux ans plus tard, elle fait partie des 500 000 espagnols qui passent la frontière française après la chute de Barcelone sonnant victoire finale de Franco contre les Républicains. Une fois en France, elle se retrouve dans plusieurs camps de concentration pour réfugiés espagnols : Argelès-sur-mer puis la Comble aux loups proche d’Angoulême. La mort de Dolores joue comme un électrochoc pour ses petits-enfants qui tentent de comprendre d’où ils viennent.

Production, Réalisation :  Agnès Gontier
Prise de son, Montage :  Sofia Riboloff et Agnès Gontier
Mixage :  Sofia Riboloff
Musique :  Didier Lazaro – extraits du spectacle Slamenko de Didier et Emeline Lazaro