Visuel passeurs de reel

Un long bruit de pas résonne dans le couloir. Les grilles grincent. Les clefs s’entrechoquent et scintillent. Les murs de la maison d’arrêt de Foix font l’écho du quotidien carcéral annonçant le passage du surveillant. Tout semble comme d’ordinaire, au détail près que les micros sont ouverts.

D’octobre 2015 à janvier 2016, tous les quinze jours l’atelier de création sonore, animé par Chloé Jacquemoud de l’association Caméra au Poing et Agnès Gontier Résonance Sonore, a débarqué avec son lot d’enregistreurs, sa barre stéréo et sa perche son. Un espace de liberté de parole et d’écoute s’est créé au sein de la salle polyvalente. Les détenus présents ont su capter les mots et les sons de leur histoire pour vous les transmettre à travers les barreaux de leurs fenêtres.

Ainsi, trois créations sonores sont nées empreintes des lieux traversés. L’une transmet l’ambiance tendue d’une journée longue comme l’année, l’autre le chant de la promenade, la dernière une réflexion sur la réinsertion.

Le Temps d’attendre – Nicolas :

La Promenade – William :

La réinsertion bafouée – Syril :

C’est aussi dans les conditions du direct, que les détenus ont enregistré une émission de radio d’une heure présentant leur œuvre et donnant leur retour sur cette expérience hors du commun du processus de création.

 

Passeurs de réel se prolonge jusqu’à juillet 2016 avec comme point d’orgue le festival Résistances. D’ici là un groupe de détenus deviendra jury. Parmi une liste de films documentaires proposés par l’association Regard Nomade, ils choisiront une œuvre. Celle-ci sera programmée lors du festival Résistances au même titre que les créations sonores réalisées au sein de la maison d’arrêt.

Le projet Passeurs de réel du dispositif Culture-Justice 2015, soutenu par le ministère de la Culture et de la Communication via la DRAC Languedoc Roussillon Midi Pyrénées et le ministère de la Justice via le SPIP de l’Ariège, est une fenêtre grande ouverte de la prison sur l’extérieur donnant à entendre l’intérieur.